PETITE ANALYSE
de la
FANTAISIE SYMPHONIQUE
composée, en 2004-2005
par
Michel BRAHHAMMER
sur des thèmes
d'Edgard BOURGEVIN
(1970)

=============

 

On ne peut qualifier cette œuvre de "symphonie", car elle n’en respecte pas la structure classique, d’où le titre de "fantaisie". L'auteur s'est servi, comme élément de départ, d’un "début" de "symphonie inachevée" (vraiment très inachevée, au point qu'on devrait plutôt parler de "symphonie commencée" !), écrit vers 1967-68 par Edgard BOURGEVIN, crypto-compositeur amateur également, mais beaucoup plus versé dans les austères disciplines de la composition musicale.

Page manuscrite d'Edgard, version "réduite" et annotée de ce début de symphonie.

 

Et voici la version originale pour orchestre, manuscrite, datée du 9 février 1970... Une version mieux photographiée est impatiemment attendue !

J'ai gardé ce qu’il avait composé en 1970 sans beaucoup le modifier (ce sont les mesures 27 à 72 du premier mouvement) : j'ai ajouté une petite introduction, pour précéder et j'ai écrit... la suite, ceci en 2004-2005.

L’ensemble des quatre mouvements utilise le matériau thématique de ce noyau initial.


Premier mouvement

Ls cordes parlent, en trémolos très doux, et la voix du premier cor s'élève, puis en réponse, celle du premier trombone, et de la trompette :


On pourrait appeler ceci " thème n°1 " ; le saut de sixte mineure initiale que joue le cor est, en lui-même, un thème utilisé cycliquement par la suite.


Voici les deux éléments suivants : celui-ci, confié aux premiers violons, n’est rien d’autre que la phrase exposée au début par le cor, sous une autre forme rythmique..

.

... et sa réponse, exposée aux deuxièmes violons (" thème 2 "), éléments qui sont ensuite largement utilisés dans les autres mouvements (thèmes cycliques).

 

Un thème plus allègre (thème 3) fait suite (ici aux premiers et seconds violons) :


... dont les quatre vigoureuses doubles croches initiales, puis le rythme en " croche pointée + double " seront réutilisés, par exemple ici :

Après quelques apparitions des thèmes cités précédemment, la tonalité passe en ut dièze mineur. Les quatre premières notes du "thème 1" vont apparaître aux altos, avec une toute petite évocation des "doubles croches vigoureuses" du thème 3 :

et seront ensuite reprises par les seconds, puis premiers violons dans un crescendo orchestral au cours duquel les vents (bois, puis cuivres) exposent le "squelette rythmique" du "thème 1" (on le reconnaît déjà par dessus les altos, dans l'exemple précédent) :

Ce crescendo culmine lorsque les premiers violons donnent à entendre ceci :

... où l'on reconnaît aisément le thème 3, d'allure victorieuse.

Après cet épisode éclatant, les cuivres exécutent un decrescendo qui ouvre un épisode très calme, où les bois se répondent tranquillement. C'est ensuite un thème en fa mineur, qui apparaît aux cordes, dont le rythme est calqué sur le "croche pointée + double croche" du théme 3 :

... il est repris par les bois, en réponse.
Un passage légèrement modulant porte la tonalité vers un la majeur soudain assez menaçant, mais l'atmosphère s'éclaircit aussitôt pour laisser place à une variante hispanisante du thème 3 :

La tonalité passe ensuite à ré majeur, avec une variante optimiste et puissante du thème 1, aux cuivres, mais ce sont les cors qui concluent, calmes et apaisés cette fois (sixte majeure au lieu de mineure...).


Second mouvement

Ce mouvement lent, dans son introduction, fait usage du " thème 1 ", exposé en ut mineur au hautbois, sur fond de harpe :

repris ensuite en sol majeur par les cuivres :


L'orchestre entier reprend ce dernier motif, et le mouvement va s'achever très simplement, avec le retour du hautbois, comme au début.


Troisième mouvement

C'est un scherzo à l’allure de valse (remarquer le saut de sixte, au tout début),

avec un trio dérivé "du thème 2", confié aux vents, soutenus par la harpe :

Fin décembre 2006, j'ai ajouté un épisode, à trois temps, cette fois, sur la tonalité plus "retenue" de sol mineur, avec un tempo plus calme :

Suit un motif en majeur :

exposé par les violoncelles, puis par les premiers violons, avec une instrumentation différente.
On revient ensuite au thème initial, pour conclure sur un optimiste "tutti" orchestral .

Quatrième mouvement

Le dernier mouvement utilise d'abord le " thème 2 " comme base rythmique, exposé au basson, en un "ostinato" qui gagne la clarinette, le hautbois, puis les premiers violons :

Ensuite est proposé un petit épisode, par les cuivres : il est construit sur la double quinte (aux cors) de ce même "thème 2" :

Un petit "pont" thématique apparaît :

Les hautbois jouent le "thème 1" à l'envers !

Un motif plus ample, sans lien thématique, y fait suite, dans la tonalité de sol majeur :

Il faut bien remarquer, tout au long de ce mouvement, le "travail" rythmique des cordes, en pizzicati (altos en particulier).

 

L'oeuvre, enregistrée sous forme numérique, a été placée sur ce site, sous forme de fichiers MP3 :

Premier mouvement
Deuxiéme mouvement
Troisième mouvement, valse
Quatrième mouvement

L'espoir qu'elle soit jouée un jour par de "vrais" musiciens nous paraît faible, à ce jour...


accueil